Avertir le modérateur

L’Union contre le peuple

politique,crise,économie,sondage,social,médias,bayrou


Nous sommes confrontés à une opération de décrédibilisation de la classe politique et d’empêtrement dans la crise visant à précipiter un changement de régime politique et social dans un consensus citoyen. Mais cette manœuvre s’effectue davantage pour le pire que pour le meilleur de la majorité de la population, contrairement à ce que les soi-disants relais d’opinion voudraient nous faire croire.

Toutes les affaires qui traversent la gauche comme la droite pourraient laisser penser que les médias seraient passés FN ou Front de Gauche, ou mieux encore, auraient une tendance à penser comme Debout La République.

Non.

Je ne vois qu’une explication : L’élite médiatique, la même qui a voté et voulu faire voter pour le "oui" au projet de Constitution pour l’Europe en 2005 alors que le peuple a voté "non", cette élite qui prend modèle sur l’Allemagne et ses jobs à 1 € et qui fait tout pour ne pas évoquer la mal nommée loi sur la "sécurisation de l’emploi" synonyme d’arrêt de mort du Code du Travail[1], cette élite, qui est donc de tendance européiste néolibérale, se lasse en fait de la lenteur que mettent les gouvernements de gauche comme de droite à finaliser les réformes qu’elle pense nécessaires pour sortir de la crise.

De plus cette élite médiatique s’inquiète de la montée des extrêmes et des idées critiques envers l’Union Européenne, l’Euro, et tout ce qui permet à l’oligarchie apatride, qu’elle admire et qu’elle sert car ses investisseurs en sont issus (Rothschild, Lagardère, Dassault, Bouygues… ), de bien vivre sur le dos du prolétariat.

Il s’agit donc pour les médias généralistes, les faiseurs d’opinion, les sachants qui vous disent quoi penser dès le petit matin à la radio jusqu’au soir à la télévision dans la grand-messe de 20 heures, de décrédibiliser la classe politique à un tel point que l’oligarchie n’ait plus qu’à porter au chevet de la France une technocratie dans un consensus citoyen qui l’acceptera comme la seule solution possible pour venir à bout de la crise, un peu comme cela se fait déjà dans d’autres pays européens, par exemple en Grèce, et avec le massacre social que l’on connait...

Les sondages ont commencé à formater l’opinion, grâce au si utile « redressement des résultats bruts ». C’est ainsi que l’on tente de convaincre la majorité du peuple que si la (fausse) majorité issue du sondage (recalculé) réclame une (mauvaise) réforme, c’est que cette dernière est indispensable. Le procédé est similaire en ce qui concerne cette idée d’union nationale[2], de retour à la une de l’actualité grâce à un sondage (comme par hasard), qui voudrait que responsables de gauche et de droite (UMP, PS, Modem, autres centristes et Verts en tous genres) se rassemblent et s’entendent pour gouverner le pays au sein d’une même équipe.

politique,crise,économie,sondage,social,médias,bayrou

Mais lorsque cette union nationale rassemble en fait les « ouiouistes », les promoteurs de la casse sociale, les idéologues de l’Euro à tout prix et du néolibéralisme, elle n’est que le cheval de Troie de ce que nos élus nous imposent indirectement par le biais de l’Union Européenne. Par la même, cette union nationale là n’est pas autre chose que la négation des différences politiques, des alternatives, des souverainetés déjà bien mises à mal par une technocratie univoque, des experts aux mêmes idées qui sont invités ici et là, ainsi que des sondages et des directives européennes que l’on nous fait passer pour des réformes issues de l’intérieur. Mais ce ne sont que des détails pour François Bayrou qui pérore sur les plateaux fort de ce sondage qui le place en meilleur recours pour l’union nationale, frappant d’amnésie l’intéressé et ses pseudos détracteurs médiatiques au sujet de sa célèbre déclaration pourtant bien ennuyeuse en l’occurrence : "Si on pense tous la même chose, c’est qu’on ne pense plus rien"...

Ceux qui partagent ou dépendent des intérêts des puissants sans frontières sont donc train de passer de l’enfumage à la manipulation. Dans une démocratie affaiblie et un monde de communication, lorsque cette caste détient les médias de masse, il faut croire qu’elle arrive à manœuvrer le prolétariat contre son propre intérêt. De la République au fédéralisme, de la démocratie à la ploutocratie, du référendum au sondage, de la redistribution à la capitalisation, jusqu’à quand et à quel point allons-nous nous laisser abuser, voler notre pouvoir de décider, et piller les richesses issues du fruit de notre travail ?

En vérité les élites politiques, économiques et financières ne font que proroger un système qui maintient peu ou prou un état de crise permanent et contrôlé parce qu’il garantie la pente de la pyramide sociale, et par conséquent le pouvoir et le rang des possédants sur la masse. Avant d’envisager un véritable changement qui lui soit vraiment bénéfique, le citoyen devra déjà réaliser sa condition de rouage dans l’engrenage de la crise, prendre pleinement conscience de son assujettissement et des instruments (cinéma, sport, travail, lobby, partis politiques, associations citoyennes, sondages, …) qui entretiennent cette situation troublée, autrement dit, identifier ce qui n’est qu’un processus de mise sous dépendance. Pour aider à cette prise de conscience, j’ai publié un essai intitulé « Comment nous stimulons la crise sans le vouloir » et disponible uniquement au format électronique puisque les éditeurs du système n’ont pas semblé intéressés…

N’attendons pas qu’il soit trop tard pour nous rendre compte que nous allons jusqu’à stimuler la crise sociale, politique et économique sans le vouloir, et à nos dépens !



[1] « 13 raisons de se mobiliser contre l’accord MEDEF sur l’emploi », Les dessous de Bruxelles, 20 mars 2013 – http://dessousdebruxelles.ellynn.fr/spip.php?article195

[2] « Les Français veulent l'union nationale », JDD, 27 avril 2013 – http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Les-Francais-veulent-l-union-nationale-604362

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu