Avertir le modérateur

Mélenchon solidaire des agresseurs

melenchon,dupont-aignan

Mélenchon affirme ne pas savoir qui a « maltraité » Dupont-Aignan,
mais cela ne l’empêche pas d’être en totale solidarité avec les agresseurs...

 

« Je suis arrivé après que Nicolas Dupond-Aignant (sic !) a été mal reçu, je ne sais par qui, ni de quel parti, ni comment. Je suis désolé qu’il ait été maltraité. Mais il lui revient de savoir que personne parmi nous n’aime la confusion des genres politiques. Il aurait dû y penser. Il aurait dû organiser sa présence de son côté avec les militants de son parti. Personne ne les aurait empêchés de le faire. Mais venir au milieu des nôtres, comme s’il était chez lui : non. Ce n’est pas raisonnable pour lui de ne pas l’avoir compris tout seul. Aucun de nous n’a envie de donner prise aux insupportables amalgames qui font les délices de la presse « oui-oui » qui met dans un même sac « souverainiste » ou « populiste », tout ce qui s’oppose à leur cruel aveuglement. Et devant le martyre des Grecs nous mettons en cause le capitalisme de notre époque, français, allemand et nord-américain en particulier. Pas les billevesées des frustrations nationalistes.  Nous ne voulons pas être récupérés. Nous sommes internationalistes. »

Jean-Luc Mélenchon,
sur son blog
http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/02/15/pares-a-la-manoeuvre/#more-10626

 

Mélenchon affirme ne pas savoir qui a « maltraité » Dupont-Aignan, mais cela ne l’empêche pas d’être en totale solidarité avec les agresseurs. Ainsi pour une phrase où Mélenchon se dit désolé, onze suivent qui reportent la faute sur la victime ! Victime aussi de l’approximation orthographique du nom du candidat à l'élection présidentielle ("Dupond-Aignant") qui tranche tant avec la tenue habituelle des articles de l’auteur, si bien que l’on se demande si ce n’est pas fait exprès. Comme si par le mauvais traitement qu'il infligeait à son matro-paronyme, il prenait sa part à postériori dans la chienlit menée par ses « copains ».

Donc dès que le Front de gauche est dans les parages, il faudrait faire profil bas en tant que souverainiste et républicain. Mais ils étaient où les Poutou, Mélenchon et autres « internationalistes » français lorsque NDA était allé soutenir les Grecs en Grèce voilà déjà plusieurs mois ?
Parce qu’au moins maintenant c’est clair, ils sont « internationalistes ». Pourtant l'internationalisme fait le jeu de l'oligarchie en mettant en concurrence les pauvres avec les plus pauvres. Mais inutile de se fatiguer à expliquer ce genre de chose à des gens qui ne font que suivre une idéologie en ânonnant des insultes qui leur font atteindre le point Godwin plus rapidement qu'un opposant à Claude Guéant.
La médiacratie est elle aussi en accord avec cette variante de l’internationalisme que l’on nomme le mondialisme, cette tendance politiquement correcte qui encourage notamment tout à chacun au mélange en ignorant les frontières nationales, voir plus si affinité. Sinon comment expliquer que le député qui se frotte au lobby gay intéresse d’avantage qu’un autre, qui plus est candidat à l’élection présidentielle, qui se fait agresser et insulter de la manière la plus abjecte qui soit par des éléments de forces concurrentes pour lesquelles leur leader prend textuellement fait et causes ?

Si Mélenchon se dit républicain dès que l'occasion lui en est donnée, il faut croire que c’est juste pour l’élection présidentielle, parce qu’avec lui, de toute évidence, la logique internationaliste prendra le pas sur celle de la République. Mais pense-t’il réellement rassembler tous les français sur sa candidature en faisant preuve d’autant de sectarisme, tant et si bien que seul lui et ses « copains » auraient le monopole de défendre des causes justes ? Faut-il lui rappeler que c’est lui avec ses anciens « copains » socialistes qui en cautionnant des traités iniques, qui ont délesté les nations de leur droit à choisir leur destiné, ont contribué à amener l’Europe, la France et la Grèce dans la situation où elles sont aujourd’hui ?

Mélenchon n’est décidemment pas à la hauteur de la fonction qu’il brigue avec ce billet de mauvaise fois où il tente à tout prix de justifier l’injustifiable. Lorsqu’un député de la République, qui plus est un gaulliste, est bousculé, arrosé, et traité de « facho » et de « Nazi », que ce soit par des  « internationalistes » ou pas, condamner ces dérapages fermement est la moindre des choses.

Commentaires

  • Complètement d'accord avec votre analyse Fabrice. J'ajoute une chose...je cite Mélenchon:" Mais venir au milieu des nôtres, comma s'il était chez lui , non ".....Ca veut dire que Mélenchon a la même conception que ces caïds de banlieues, ceux que Sarkosy dénommait racailles et qui considérent que leur quartier est un territoire interdit à "l'étranger" ! Mélenchon est dans la même posture ...Nicolas Dupont-Aignan n'avait rien à faire au milieu de nous......c'est tout de même incroyable. Les grands démocrates qui entourent Mélenchon n'aiment pas la confusion des genres politiques dit-il......curieuse conception de la démocratie qui consiste à refuser à un élu du peuple , élu normalement par le peuple , l'accès à manifester librement !

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu