Avertir le modérateur

Lait rochelais

vachealarochelle.jpgLe Cours des Dames à La Rochelle a été le témoin du mécontentement des producteurs de lait, et cela devrait faire plus de bruit que n’en a fait Voiles de Nuit

Les rochelais et les touristes ont pu bénéficier en ce dimanche 27 septembre 2009 de la générosité des Jeunes agriculteurs de Charente-Maritime qui, pour maintenir l’intérêt des citoyens et la mobilisation (relative) des médias autour de leur cause, ont procédé à une distribution gratuite de lait. Il semblait se dégager une atmosphère de complicité entre les bovidés disposés à l’ombre des arbres dans un enclot de fortune et le public calme et silencieux qui allait les saluer. La solennité de ce moment partagé reflétait tout le respect et l’inquiétude qu’inspirent à nos compatriotes, conscient des enjeux de ce mouvement de la dernière chance, la situation actuelle d’une partie de nos agriculteurs.

Un tableau en tous les cas bien contrasté avec la bruyante et décalée animation de la veille au soir. Certains passages de l’ambiance musicale du spectacle donné à l’occasion de l’exposition nautique rochelaise, le Grand Pavois, m’ont interloqué. Notamment lorsque s’est manifesté à mes oreilles quelqu’un dont le seul point commun qui semble le lier à cette soirée thématique est celui d’avoir mit les voiles : Michael Jackson[1]… Mais si samedi soir les tableaux « extravagants, voire psychédéliques[2] » d’Alain Pochon ont fait trembler les fondations de nos résidences à plusieurs centaines de mètres du lieu du spectacle tant le volume était élevé, nous n’avons guère été dérangés tout du long de la semaine par ce qui semble pourtant être l’une des plus grandes crises que le monde du lait ait connu à ce jour. Les reportages télévisés et les syndicats sensés défendre la profession (FNSEA notamment) minimisaient l’ampleur de la protestation. La plupart des médias, lorsqu’ils ont enfin daigné évoquer le problème, étaient naturellement bienséant avec la politique de gribouille des institutions européennes. On a fait grand cas, et avec raison, de la vague de suicide chez France Télécom. Mais qui a entendu parler des six producteurs de lait qui se sont donnés la mort dans le seul département de la Manche[3] depuis mai-juin, soit une vingtaine depuis 2002 ? Qui est venu s’expliquer sur les drames qui ont essaimé dans nos campagnes ?

Récemment, un de ces agriculteurs expliquait : « Si on demande un prix du lait autour de 400 € la tonne, au lieu des 260 actuels, ce n'est pas un hasard... Il s'agit juste de viabiliser la filière, d'être rémunéré au Smic horaire, ni plus, ni moins[4]... » Les gouvernements successifs, qui ont accepté, dans une cordiale entente européenne, une politique de suppression progressive des quotas qui est pour beaucoup dans la chute des prix du lait, prônent aujourd’hui en partie un retour à la régulation, mais de façon temporaire[5]… Il semblerait que ce soit plutôt l’efficacité du marché qui soit temporaire, voir dangereuse pour la pérennité de la société, puisque à la moindre crise, il faut que la puissance publique vienne à la rescousse de ceux qui se présentent comme ses plus puissants promoteurs : les banques !

C’est donc, pour commencer, la logique du marché appliquée à tous les produits alimentaires de base qu’il faudrait changer de façon définitive. Tout produit issu d’une fabrication additionne le coût de revient à la marge bénéficiaire. Il en résulte un tarif qui tient compte de la concurrence et du prix que le consommateur est prêt à payer. En ce qui concerne le lait, le marché fait fi de ces considérations, tant et si bien que le prix de vente ne couvre même pas le prix de revient !

Il devient alors évident que le prix du lait ne doit pas descendre au-dessous d’un prix plancher, prix plancher qui doit être imposé au marché intérieur. De plus, toute importation d’une matière première, ou transformée, dont nous disposons en quantité suffisante sur le territoire, devrait être taxée en conséquence pour qu’il ne soit pas plus rentable pour un fabricant ou un grossiste de passer outre cette règle[6] au dépend des producteurs locaux. Enfin, les marges des intermédiaires devraient être strictement contrôlées pour éviter que les consommateurs ne se transforment en vache à lait… La proximité de la production laitière que nous sommes amenés à consommer permettra d’épargner à l’environnement des pollutions liés au transport qu’aucune taxe carbone n’effacera, de pérenniser notre autonomie alimentaire, et de s’assurer plus aisément du respect des procédures sanitaires dont on sait qu’elles sont loin d’être du même tonneau ne serait-ce qu’au sein de l’Union Européenne.

Après que la politique des subventions à l’agriculture des pays du nord ait contribué à décimer l’agriculture des pays du sud, la logique du marché s’emploi à placer le bénéfice pécuniaire que certains peuvent tirer de l’activité agricole, et plus largement agroalimentaire, au-dessus de son rôle premier, à savoir garantir la subsistance de l’humanité. Les producteurs de lait, ainsi que le service public de la Poste qui est contraint d’organiser lui-même un référendum[7] dans le cadre de l’intérêt général, sont amplement soutenus par la population, comme le démontre et le démontrera encore chacune de leurs actions publiques. Le lait, lorsqu’il monte en température, a la fâcheuse tendance de ne pas prévenir avant de déborder… L’élite ne peut pas dire qu’elle n’est pas largement et préalablement alarmée par toutes les conséquences qu’engendrent la logique de profit maximum dans tous les domaines. Les demi-mesures d’apaisement qui sont prises n’ont que pour effet de préserver le sommet de la pyramide sociale, et ce sans se soucier du malaise qui traverse notre société dans un contexte « d'angoisse essentiellement liée à l’avenir[8] ».

Le politique se doit de reprendre d’urgence le pouvoir, et de cesser de se laisser dicter la marche à suivre par la ploutocratie. Sans quoi tous les pans de notre économie seront touchés et plus aucune profession n’aura de sens puisque toutes n’auront plus qu’un seul objectif : faire de l’argent. Des suicides isolés nous passerons à une sédition populaire, ou à un régime dictatorial de surveillance organisée (déjà bien avancé) pour maintenir en fonction un système pourtant chaque jour un peu plus injuste pour le commun des mortels. Mais il semblerait que l’on augmente toujours un peu plus le son des spectacles comme s’il s’agissait de couvrir les plaintes d’un peuple que l’on envoie à la réforme, ou celui du bruit des bottes qui s’en vient…



[1] La bande sonore qui a animé le spectacle donné en plein air à l’occasion du Grand Pavois à La Rochelle était notamment composée d’un des titres du roi de la pop.

[2] « Vent de folie sur les Voiles de nuit », Sud-Ouest, samedi 26 Septembre 2009 – http://www.sudouest.com/charente-maritime/actualite/article/718529/mil/5149724.html

[3] « Crise du lait : un élu UMP dénonce un pic de suicides dans la Manche », Libération.fr, 18 septembre 2009 – http://www.liberation.fr/economie/0101591909-crise-du-lait-un-elu-ump-denonce-un-pic-de-suicides-dans-la-manche

[4] « La saignée blanche des producteurs de lait », Bertrand Ruiz, Sud-Ouest, vendredi 18 Septembre 2009 – http://www.sudouest.com/charente/actualite/article/709534/mil/5117631.html?auth=fbd275ce&cHash=4dc459aa72

[5] « Lait. À quand la sortie de crise ? », Yves Drévillon, Le Télégramme.com, 22 septembre 2009 – http://www.letelegramme.com/ig/generales/fait-du-jour/lait-a-quand-la-sortie-de-crise-22-09-2009-561787.php

[6] « On importe du lait d'Australie et on jette celui des vaches française », Périco Légasse, Marianne 2, mardi 19 mai 2009 – http://www.marianne2.fr/On-importe-du-lait-d-Australie-et-on-jette-celui-des-vaches-francaise_a179873.html

[7] VOTATION CITOYENNE DU 28 SEPTEMBRE AU 3 OCTOBRE 2009 – http://www.appelpourlaposte.fr/

[8] « Crise du lait : un élu UMP dénonce un pic de suicides dans la Manche », Op. Cit.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu