Avertir le modérateur

  • The Yes need Dr No to win against Dr No...

    1761969242.jpgSur le site de Marianne, on pouvait découvrir dans un article daté du Vendredi 27 Juin 2008 un complot anti-traité de Lisbonne dénoncé par Jean-Pierre Jouyet : « Le secrétaire d'État aux Affaires européennes ne cachait pas son inquiétude face aux « ennemis puissants » de l'Europe. Alors qu'on l'interrogeait sur des preuves d'ingérence américaine, ses paroles se sont voilées d'inquiétude : « cela mériterait d'être approfondi, mais des informations provenant d'amis irlandais m'ont fait remarquer les financements considérables dont a bénéficié la campagne pour le non en Irlande.» L'agent 0027 Jean-Pierre Jouyet a ainsi évoqué la forte communauté irlandaise des États-Unis ainsi que l'organisation Libertas et ses « relais danois ». La campagne référendaire irlandaise a certes été marquée par les interventions de l'infatigable David Cochrane, porte-parole de ce think tank souverainiste. Mais celui que vise Jouyet, c'est son grand ennemi, le «Dr No» du traité de Lisbonne : le très influent président de Libertas Declan J. Ganley, PDG de Ganley Group and Companies. »
    Il aurait presque pu nous sortir une Raffarinade du style : " The Yes need Dr No to win against Dr No..."

  • Le Président de l'information

    8299210.jpgA 17H00, le sondage lancé par France 2 (http://www.france2.fr/) ne laissait pas l'ombre d'un doute : les français ne veulent pas d'une nomination du président de France télévisions directement par l'exécutif.
     
    Que ceux qui ne se sont pas encore exprimés se précipitent sur le site de la chaîne publique afin que la notion de pensée unique, déjà préjudiciable à la pluralité de l'information, mais qui jusque-là était un état d'esprit, ne reflète pas trés bientôt l'esprit de l'Etat.

  • Morin s'égare

    Les membres de l’Académie du Gaullisme ont pris connaissance avec consternation des propos du ministre de la Défense, Hervé Morin, qui va répétant que, depuis 1945, la France n’avait jamais été capable de projeter un corps expéditionnaire de 30.000 hommes comme la mise en œuvre des décisions inscrites dans le nouveau « Livre blanc de la défense » va enfin lui en donner les moyens. Le doute n’est pas permis et, devant les questions posées par certains de nos chefs militaires, le ministre en rajoute cyniquement en les rappelant au devoir de loyalisme !

    La méconnaissance de l’Histoire de notre pays et de son armée que révèlent ces propos ne peut être innocente. C’est d’abord une injure ineffaçable à la mémoire des dizaines de milliers de morts d’Indochine et d’Algérie, militaires de métier et aussi homme du contingent, morts pour la France. Ce crime d’honneur demande réparation immédiate de la part du président de la République et que les conséquences en soient tirées.

    Le pouvoir ne peut continuer de multiplier ainsi de telles manifestations de mépris à l’égard des citoyens sans se mettre lui-même en danger.

    Source : http://www.gaullisme.fr/ 

  • Touche pas à mes mouettes !

    661658269.jpgSi l’on en croit le Sud Ouest du mardi 17 juin 2008, le département de la Charente-Maritime a lancé un appel d’offres en vue de faire « évoluer » son logo créé en 1989. D’une part les dépenses à attendre de cette démarche me semblent malvenues dans un contexte de rigueur national, et d’autre part ce genre d’initiative que personne ne réclame commence à lasser tout le monde.

    Lire la suite

  • Démocratie : 1 - Sarkozy/Merkel : 0

    1426866176.jpgCOMMUNIQUE DE PRESSE de Nicolas DUPONT-AIGNAN, Député de l’Essonne et Président de Debout la République.

    David a fait tomber Goliath.

    Bravo et merci à l’Irlande d’avoir sauvé le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ! La morale et la démocratie triomphent !

    Le seul peuple consulté par référendum sur le Traité de Lisbonne a massivement dit NON.

    C’est un véritable vote par procuration pour les 495 millions d’Européens privés de référendum.

    C’est un profond désaveu pour Nicolas Sarkozy et Angela Merkel qui ont voulu imposer la Constitution européenne malgré les référendums de 2005.

    Les dirigeants européens n’ont plus le choix, ils doivent se rendre à la raison : les peuples d’Europe rejettent une Union supranationale, bureaucratique et inefficace.

    Les Irlandais aujourd’hui, comme les Français et les Néerlandais en 2005, ne sont pas hostiles à l’Europe. Ils veulent tout simplement une Europe qui les respecte et les protège. Une Europe des Nations et des projets. Une Europe démocratique, indépendante, au service du progrès social.

    Les élections européennes de juin 2009 seront l’occasion historique, notamment en France, de transformer ce magnifique essai irlandais en envoyant au Parlement européen des Députés défendant cette autre vision de l’Europe.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu