Avertir le modérateur

Proposition à Mr Bayrou

François Bayrou a déclaré le lundi 16 octobre 2006 sur France Info qu’il serait prêt à être le Premier ministre du président de la République élu en 2007 : « Non seulement j'accepterai ce genre d'hypothèse, non seulement je pense qu'il faut changer la donne, je pense qu'on devra gouverner demain au-delà de la frontière droite-gauche ». Finalement, le président de l’UDF s’accommoderait donc bien d’une place dans la « finissante monarchie » qu’il fustigeait encore récemment dans son dernier livre intitulé « Au nom du tiers état ». Il serait intéressant de savoir ce qu’il compte y faire puisque dans cette configuration il serait toujours dépendant du monarque en question…

Dans son dernier ouvrage, François Bayrou prend l’exemple d’une jeune femme qui l’a apostrophé lors d’une réunion électorale. Celle-ci a pour habitude d’allumer la télévision tout en faisant son repassage, et notamment le mercredi après-midi où elle profite de la retransmission de la séance des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale. Evoquant le comportement de l’ensemble des députés, elle déclare : « Une fois sur deux, je ne comprends rien à vos phrases, à vos discours. »

Le député béarnais qui « appelle à la révolution civique » se fera sûrement fort d’expliquer à la « repasseuse » cette manœuvre politique visant à assurer ses arrières au cas où… Il pourra toujours argumenter grâce à cette déclaration faîte dans une interview à 20 minutes en date du 10 octobre 2006 dans laquelle il dénonçait la « forteresse » du pouvoir médiatico-politico-économique : « Toutes les nominations sont celles des plus proches, copains ou partisans déclarés ». Comme c’est le président qui nomme le Premier ministre, Bayrou se considère-t-il donc déjà comme proche, copain ou partisan déclaré du prochain président, quel qu’il soit ? Difficile de se présenter ensuite comme une alternative au système actuel…

 

Mais on ne peut pas écarter d’un revers de main tout le discours d’un homme sur une prise de position. Il me semble percevoir dans son attitude toute l’ambivalence de celui qui veut à la fois changer les choses sans adopter une posture qui risque de l’exclure totalement de la scène politique. Il voudrait faire muter la société sans passer lui-même pour un mutant. Alors, pour lui permettre d’accéder au poste de chef de gouvernement qu’il convoite tout en ne reniant pas son combat contre la nomenklatura, je lui fais la proposition suivante : qu’il me transmette toutes les signatures d’élu qu’il aura pu obtenir afin de me permettre de me présenter à l’élection présidentielle 2007. Malgré qu’il ne soit ni un proche, un copain ou un partisan déclaré, je lui promets un poste de Premier ministre et la mise en place d’un programme politique qui est loin de celui couramment soutenu par la pensée dominante[1].

 

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu